31 août 2012

L'oRée

Ce matin dans la cour de récré, le vent s'est levé et c'était déjà l'automne.
Ce soir j'ai la fatigue un peu nerveuse des jours de retour. La peau qui tiraille, la cerne creuse, la méninge en manque d'aération. Une sensation de cracra partout sur moi.

Ce matin, nous étions un peu déçus, les moyens du bord manquaient de moyens, nous ne pouvions pas bosser comme nous le voulions. C'est un peu compliqué. L'école est un bâtiment municipal, prêté (réquisitionné ?) l'été pour le centre aéré. C'est normal.
Mais l'état dans lequel nous trouvons les locaux, d'année en année, ne cesse ... de nous laisser perplexes. Nous ne devons pas être doués, nous n'arrivons manifestement pas à faire comprendre notre exigence. Ce n'est jamais rien de grave, ni de bien méchant, c'est de la petite négligence crasse qui, au final, amoche notre cadre de vie. Et c'est si précieux un cadre de vie...
Là, le serveur avait été débranché. Pas d'internet, pas d'imprimante. C'est ballot pour une pré-veille de rentrée.
Là, des ballons avaient déplacé des plaques du faux-plafond.
Là, les murs des couloirs devaient être nettoyés, les sols raclés : on ne peut pas accueillir de nouveaux élèves dans ces traces, ce noir et cette grisaille au sol. Enfin, on ne veut pas.

Cette rentrée, B. sera toute seule pour tout nettoyer. A. et D. sont en arrêt longue maladie. Et personne ne semble se bousculer au portillon pour les remplacer, pour la soulager. On entend des "oh y a trop de travail ici".

Tant pis, on fera avec les moyens du bord. Ça fait des années que notre école est réputée pour son sens de la débrouille. Qui pourrait bien nous jouer des tours finalement (hein, puisqu'on s'en sort si bien comme ça).
Mais ça devient lourd. Et nous encore, nous sommes des grandes personnes, mais ces enfants que nous accueillons...
Et je m'interroge, pour changer, sur ce qu'on leur transmet, ce qu'on entretient, la valeur du bien collectif, la consommation du lieu public... mouais.

Ce soir, c'est l'Orée. C'est presque la rentrée.
Je vous souhaite un joyeux demain plein de terre promise.

Posté par ZeFrog à 22:23 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur L'oRée

    Oh mais il y a un air de chez moi là-dedans.
    Scolarisation d'un enfant déficient moteur (3 ans ) mais pas d'AVS avant quelques semaines.
    Des travaux à moitié faits qui empêchent d'accéder aux toilettes avec un fauteuil......
    Pas assez de personnel pour que tous les jeux des classes soient nettoyés.
    L'unique atsem de l'école en arrêt maladie pour encore 1 mois et remplacée par une personne qui n'arrivera qu'à 10 h 00 parce qu'elle accompagne ses propres enfants à l'école (euh une rentrée de tout-petits/petits seule dans la classe, euh....).
    Le matériel adapté au handicap qui n'arrivera que dans 2 semaines...
    et pour clore en allant en réunion directeur au moment dud épart j'ai réalisé que j'avais accroché mon vélo dans la cour de l'école des collègues mais que mes clés étaient chez moi....
    etc..... glurps, glurps.... on se serre les coudes ?

    Posté par nata, 01 septembre 2012 à 00:06 | | Répondre
  • bon courage

    ça s'appelle l'école de la république où on doit donner les mêmes chances à chacun de réussir!!!mais c'est sans compter les différences d'implication des mairies pour leur école! certaines ont du mal à comprendre qu'un minimum d’hygiène est obligatoire! Chez nous, les pinceaux doivent apprendre à aller jusqu'à l'évier tout seul sinon ils sèchent sur la table ( qui a intérêt à être autonettoyante!) les gobelets des enfants sont servis mais ceux qui ne sont pas bus sont resservis le lendemain, puis le lendemain;;;l'hiver, nous restons trois semaines sans eau courante (dans une maternelle) mais il parait que c'est normal!!! donc ne soyons plus étonnés de rien, une nouvelle année scolaire s'ébauche, abordons la avec le sourire et beaucoup de philosophie : bonne rentrée à tous!!!

    Posté par alice, 01 septembre 2012 à 11:41 | | Répondre
Nouveau commentaire